le beau est-il raisonnable? et petite introduction à la philo...

Publié le par amandine

voici une question à laquelle j'ai envie de répondre.

selon moi le beau n'est pas raisonnable dans le sens où la raison ne peut le définir. Mais parlons de la raison, la raison prétend savoir ce que est bien de faire, ce qui est correcte, elle prétend être faite de réflexion (ce qui s'oppose aux sentiments). Pourtant selon notre age, les évènements qui arrivent, ect... notre définition de ce qui est raisonnable change et ce de façon relativement rapide hors changer d'avis n'est pas très raisonnable. Pretendre que l'on n'a raison sur une chose un jour et changer une semaine après n'est pas raisonable hors c'est ce que fait notre raison. On peut donc dire que notre raison ce contredit et ceci une fois encore n'est pas des plus raisonnable.

ajoutons à cela que les sentiments même s'il changent ne se prétendent pas être raisonable ils acceptent donc, ce qu'ils sont et par ce fait sont construit d'une certaine raison. Soulignons aussi que le beau est construit de sentiments.

confus? mais non!

bon, après... de là à savoir si le beau est raisonnable... la question reste posée. (mais la réponse n'est plus si évidente.)

allez courage. vous allez trouver.

 

Publié dans reflexion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier 30/07/2006 20:42

mdr ! Oui en effet, le raisonable est confus ! Faut-il être défini par la raison pour être raisonable ? La raison est bien faite de réflexion sinon de quoi le serait-elle ??? Il est commun de dire que la raison s'oppose aux sentiments ! A notre époque, alors que le beau relève plutôt de la sensibilité de chacun, le beau n'est donc pas raisonable. Par contre, il fût un temps ou le beau n'était beau que parece qu'il répondait à toute une série de critère donc il était raisonable et uniquement cela !!! Cependant, la réponse n'est, je pense, pas aussi simple mais elle relève plutôt de la êrception que nous avons des choses ! en posant cette question, on pose, selon moi, la question de la hiérarchie entre la raison et les sentiments et la questio n'en devient que plus subjective et totalement personnelle !